Participez gratuitement et de chez vous aux satsangs à distance

Voir la date du prochain satsang à distance



Posts in Category: Juste pour dire…

Une rubrique pour partager ce qui me traverse avec plus ou moins de profondeur.
\/
Pour laisser un commentaire, il vous suffit de cliquer sur le titre d’un article puis de vous rendre à la fin du texte.

Candidat avadhut, un destin incertain

Je rappelle que si la possibilité de devenir avadhut nécessite un contrat pré-natal, ce potentiel ne suffit pas. Encore faut-il se donner la peine de répondre à l’appel. Dans l’état actuel des choses, les deux prochaines personnes pressenties comme candidates avadhut par mon intermédiaire n’ont pas saisi la perche qui leur a été tendue.

Je clarifie donc ce que j’avais exposé : deux personnes gardent le potentiel de devenir candidates avadhut le 2 juillet prochain mais il ne s’agit que d’un potentiel qui ne se réalisera pas forcément. Ne croyez pas qu’il suffit de se tourner les pouces et d’attendre que ça vous tombe tout cru dans le bec !

Soyez vous-mêmes

Nombre d’éveillés passent leur temps à vous dire que tout est spirituel, qu’il n’y a pas de séparation entre spiritualité et quoi que ce soit qui serait “non spirituel” mais, la plupart du temps, leur site ne traite que de ce qui est étiqueté comme spirituel.

De même, la plupart des éveillés vous disent que la personne n’existe pas, que la personne n’est qu’une illusion mais ils se cachent derrière une façade considérée comme spirituelle et qui n’a rien à voir avec leur quotidien en privé. Ils vous racontent ainsi volontiers qu’ils n’ont aucun problème, que rien ne peut les faire souffrir ou qu’ils sont en conscience d’unité (je rigole bien fort !) Pourtant, n’importe quelle personne qui a eu la chance d’approcher un authentique maître sent bien qu’il y a un monde entre la profondeur de sa présence et celle des éveillés occidentaux.

Si je respecte le choix de se focaliser uniquement sur la spiritualité, je reconnais pour ma part sans complexe que j’ai encore beaucoup de chemin à parcourir, les discours spirituels m’ennuient et je ne fais réellement aucune distinction entre les différents aspects de ma vie : j’enseigne la méditation, je partage l’art qui me plaît, je slame, j’ai une rubrique “humour”… bref, mon blog me ressemble ou, dit autrement, il est le reflet de la conscience telle qu’elle se vit, voit le monde et s’exprime depuis cette espace particulier qui continue à être moi tout en ne l’étant plus.

En plus d’être drôle, ce sketch de Florence Foresti illustre bien mon propos en rappelant que même si nous sommes tous différents, nous sommes aussi très semblables : Isabelle Adjani est comme tout le monde, Eckhart Tolle est comme tout le monde (vous savez qu’il a un chien ? Ah, bon, il ne passe pas ses journées assis sur son canapé, à contempler le mur ? Eh non, et cela ne l’empêche pas d’être le plus grand des enseignants occidentaux), le couillon que je suis est comme tout le monde.

Si tous les éveillés du monde ne faisaient rien d’autre que de parler d’éveil, nous n’aurions pas intérêt à ce que trop de gens accèdent à l’éveil sinon, vivre sur Terre deviendrait vite ennuyeux… et nous mourrions tous de faim.

L’éveil ne doit pas empêcher de faire tourner la Terre, qu’il s’agisse de cultiver des tomates, pétrir du pain, travailler comme magasinier au supermarché du coin… ou être un immense interprête – comme Demis Roussos qui vivait un profond niveau d’éveil, le ressentez-vous ?


 Demis Roussos, un roc de Silence. Et pourtant, il chante 😉

Bref, l’éveil n’est pas un prétexte pour ne pas être soi-même. D’ailleurs, ce à quoi nous invitait le plus souvent Maharishi les derniers temps où je vivais auprès de lui était : “Be yourself” : Soyez vous-mêmes.

Non, c’est non… merci Angèle !

J’avais entendu ce son d’Angèle à la radio mais, avec le clip et les sessions de thérapie de groupe qu’il inclut, il prend une toute autre dimension.

J’ajouterais volontiers que “Non c’est non” est valable pour les femmes autant que pour les hommes – et ceci dans tous les domaines, pas seulement le sexe. Il n’y a rien qui me mette autant en colère que les gros lourdingues qui ne comprennent pas que non, ça veut dire non. Les deux ou trois premières fois, je dis non poliment puis je balaie l’insistance d’une grosse claque verbale et, comme j’ai pas mal de puissance émotionnelle sous le capot, les indélicat(e)s prennent cher.

Source : photo publiée sur le profil instagram d’Angèle

Ce ne sont à mon sens pas les hommes qui posent problème mais l’énergie masculine,
très en excès sur notre planète depuis des lustres.

Ceci dit, merci Angèle, le clip est aussi drôle qu’utile pour faire évoluer les consciences :

La prison mentale des faux éveillés

On trouve de plus en plus d’articles, de livres et de vidéos, souvent commis par des adeptes de l’Advaita vedanta ou des animateurs de satsangs bloqués dans l’intellect, prétendant décrire, expliquer ou commenter en long, en large et en travers la nature de l’Être dont chacun sait pourtant qu’elle est ineffable et connaissable uniquement par l’expérience directe.

Ramana Maharshi, père de l'Advaita vedanta moderne

Ramana Maharshi, père de l’Advaita vedanta et des satsangs modernes, enseignait essentiellement par son silence

Pourquoi tous ces gens ont-ils l’air de considérer que leur verbiage philosophico-spirituel est supérieur au silence cher à Ramana Maharshi, l’un des maîtres principaux de l’Advaita vedanta contemporain  ?

(Ramana pour lequel j’ai, soyons clair, le plus grand respect, de même que pour certains des enseignants de sa lignée comme Gangaji, dont la qualité de Silence est indéniable, ou Pamela Wilson auprès de qui j’ai eu la joie de, comme elle dit, “m’asseoir en silence” un certain nombre de fois et qui m’a incité à organiser des satsangs malgré le fait que je ne souhaitais pas délivrer d’enseignement).

Entendons nous bien : je ne perdrais pas mon temps à dénoncer les logorrhées de ces gourous au ras des pâquerettes sur la simple base de leur inutilité. Ce qui me chagrine est que je vois des gens dont l’énergie est centrée autour de la tête, des enseignants qui embrouillent l’esprit de leur élèves et les confortent dans des stratégies d’évitement, ne leur permettant pas et même les empêchant d’établir un véritable contact avec eux-mêmes.

Quand ces élèves vont vers de véritables enseignants spirituels – comme Pamela avec sa délicate invitation à prendre le thé avec ses émotions 🍵 – du fait qu’ils ont été habitués à refuser la moindre émotion et que le Silence les y confronte, ce qui n’est évidement pas confortable, ils ont tendance à prendre la fuite.

Mais revenons à nos moutons, dont le bêlement se prétend spirituel, et prenons l’exemple de José Le Roy. Son blog ne devrait pas s’intituler “Éveil et spiritualité” mais éveil et prise de tête. Regardez sa dernière vidéo (au moment où j’écris cet article) :

Ce monsieur vous explique avec grand sérieux qu’il a beaucoup cheminé avant d’arriver à la voie directe aussi appelée voie abrupte : deux ans de méditation et cinq ans de philosophie. Effectivement, il a beaucoup cheminé… (non qu’il soit nécessaire de cheminer longtemps puisque chez certaines personnes l’éveil survient en effet du jour au lendemain, sans pratique préalable, c’est juste l’importance qu’il se donne qui est amusante – et qu’il donne au passage à la philosophie qui, en matière de spiritualité, n’est rien de plus que de la diarrhée mentale et verbale).

Le plus drôle est que ce maître de l’ennui se réclame de Douglas Harding, présenté par Wikipedia comme auteur de spiritualité non-dualiste ayant créé le concept de “Vivre sans tête”. Ah bon ? Vivre sans tête ? Alors d’où vient tout le blabla dont le blog de José Le Roy est rempli ? De ses pieds ?

Ce qui est grave est que ce pharisien moderne n’est pas éveillé mais enfermé dans une prison mentale qu’il prend pour l’éveil – merci la philosophie… – et, pire encore, qu’il voudrait bien vous faire croire qu’un livre ou une vidéo vous servira l’éveil sur un plateau doré.

Allez, monsieur Le Roy, un peu de baratin est le tour est joué ! Je reproduis ci-dessous le début de cette page de son blog puis un extrait trouvé plus bas :

Tous les jours, et parfois plusieurs fois par jour, je reçois des témoignages de personnes qui ont vu leur vraie nature après avoir lu des livres de Douglas Harding ou de moi, ou en ayant regardé une video sur internet qui présente la Vision Sans Tête.

[…]

Je poste ces messages parce qu’ils sont encourageants. Ils nous montrent que s’éveiller à son Soi véritable est possible, et simple, et accessible.

Tous les jours, et parfois plusieurs fois par jour ? Cela représente quoi… disons 400 témoignages par an de personnes ayant accédé à l’éveil aussi facilement ? Pourtant sur les trois seuls témoignages publiés en exemple, aucun n’indique clairement que l’éveil a eu lieu, semblant plutôt décrire une expérience temporaire. Le troisième indique même :Je n’ai pas encore pu apprécier en direct la vision sans tête. Ça ne saurait tarder. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si la page s’intitule : “J’ai vu l’espace ouvert”. Le soucis est qu’il y a un monde entre voir l’espace ouvert et s’y établir. Alors je vous le demande, José Le Roy, où sont les 400 éveillés par an ?

S’il n’est pour le chercheur spirituel pas évident de distinguer une personne pour laquelle l’éveil a effectivement eu lieu d’un faux éveillé enfermé dans une prison mentale, une chose est certaine : prêter l’oreille à du blabla étiqueté comme spirituel ne vous mènera pas à l’éveil… pas plus que d’assister à un meeting politique en tout cas. Soyez plutôt en contact avec votre ressenti et soyez conscient de ce qu’un enseignant dégage sur le plan subtil : c’est essentiellement cela qui, plus que son discours, est source d’évolution intérieure.

Par ailleurs, dois-je vraiment préciser que vous seriez bien avisé de vous méfier des promesses d’éveil en cinq minutes ? Si la voie rapide ou voie abrupte existe bel et bien, elle n’est dans la grande majorité des cas accessible qu’aux personnes ayant déjà suffisamment cheminé auparavant et la qualifier de suffisante pour provoquer l’éveil spirituel est aussi stupide que cette vieille blague du gars qui affirme “Un seul verre de bière me rend complètement saoul. En général c’est le quatorzième”.

Et si on se mettait d’accord ?

Vendredi dernier, pendant le chant accompagnant la procession eucharistique, mon attention a été attirée par ces paroles : “Nous sommes le saint temple de Ta présence”.

Finalement, dans l’Advaita Vedanta (philosophie de la non dualité) la Présence est considérée comme impersonnelle alors que dans le christianisme elle est considérée comme personnelle – qu’il s’agisse de la présence de Jésus, de Marie, de l’un des nombreux saint(e)s ou du Père.

Et dans le Veda (spiritualité traditionnelle de l’Inde), le Divin est à la fois personnel et impersonnel, absolu et manifesté.

C’est marrant comme tout le monde dit la même chose en croyant de ne pas être d’accord…

Allez, les gens, on lâche le mental ! (éventuellement en participant aux satsangs à distance ?)

De toutes manières, je suis le seul à avoir raison alors, si vous voulez avoir raison aussi, soyez d’accord avec moi : je suis bouddhiste néo advaïta pentecôtiste. Essayez de prononcer le nom de ma philosophie spirituelle à voix haute : vous avez vu comme c’est difficile ? Eh bien, c’est encore plus difficile à expliquer, c’est vous dire si c’est profond 😁😂🤣